Projet Tradaphasia

Tradaphasia : La problématique des patients aphasiques non- francophones

Genèse du projet

L’idée d’utiliser des enregistrements de séquences verbales dans la langue maternelle des patients a vu le jour en février 2011 lors de la prise en charge d’une patiente polonaise de 46 ans. Cette patiente est arrivée dans notre service, mutique, apraxique (perte des gestes volontaires), en état de sidération (yeux fixes, regard affolé), suite à un volumineux infarctus sylvien superficiel gauche (occlusion de la terminaison carotidienne). Elle résidait en France depuis 2 mois, était isolée familialement et ne connaissait pas la langue française. Le seul contact que je pouvais avoir était une collègue de travail, polonaise comme elle, avec des contraintes horaires importantes dans la journée.

Afin de pouvoir démutiser Mme S. avec des séances bi-quotidiennes, j’ai décidé de faire traduire en polonais par sa collègue des séries automatiques, des dénominations d’objets et quelques épreuves permettant de vérifier l’existence de troubles dysexécutifs ou non.

Ces traductions m’ont permis d’enrayer une stéréotypie que ma patiente avait développé sur le mot « verre », de travailler la désignation, la manipulation d’objets sur consigne orale et de la réinsérer dans le langage verbal (sur le versant expression et compréhension).

Mutisme et démutisation

La démutisation est une urgence orthophonique dans l’urgence médicale. Elle doit intervenir au plus tôt et les orthophonistes travaillant en USINV sont appelés au chevet du patient dès l’arrivée de celui-ci dans le service.

En Orthophonie, nous utilisons plusieurs techniques : 

  • soit le passage par la voie automatique en nous appuyant sur la mémoire procédurale (par exemple le comptage de 1 à 10, la récitation des jours de la semaine, les fins de phrases automatiques)
  • soit en utilisant le chant (comptines populaires enfantines automatisées) pour activer également l’hémisphère droit qui viendra solliciter l’hémisphère gauche.

Pour démutiser un patient, il faut également avoir une approche kinesthésique :appuyer sur son torse, sur sa gorge, lui faire reprendre sa respiration bruyamment et obtenir ne serait-ce qu’une vibration laryngée sur laquelle nous essayons d’accrocher une voyelle sonore. 

Au vu des recherches de Michel Paradis, si nous partons du postulat que pour la démutisation il est important de pouvoir travailler dans la langue maternelle du patient, comment faire ? 2 axes d’approches sont possibles : la traduction phonétique et/ou le travail en présence de la famille avec sa collaboration active.

Pourquoi utiliser des enregistrements ?

La traduction phonétique est très difficile à utiliser, en raison du manque de maîtrise de la part du thérapeute, du manque de fluidité que cela implique, du ralentissement du rythme que cela induit.

Comment s’appuyer sur la mémorisation d’une comptine pour utiliser la mémoire procédurale ? Comment utiliser l’émotion que ces chansons suscitent (les structures sous corticales limbiques peuvent également avoir un rôle dans la récupération)

Le travail avec les familles est également très difficile à mettre en place. Les séances de démutisation sont des séances éprouvantes pour le patient, mais également pour la famille. La charge émotionnelle est forte, il faut parfois dans le même temps s‘occuper du patient et gérer sa famille, qui peut perturber la synergie mise en place par un désir de bien faire, par le souhait de vouloir apporter une réponse, par la douleur de voir que son proche ne répond pas aux stimulations. Comment manipuler un larynx afin d’essayer de faire sortir un son d’inconfort qui sera le son d’un retour à la vocalisation, pour enchaîner sur du chant, en présence de la famille qui est frappé par la soudaineté de l’hospitalisation, l’angoisse de perdre un être proche, et qui vivra ces interventions comme une agression physique et psychique ?

Il nous faut à la fois traiter le patient et créer un contact avec lui, gérer les proches qui ne perçoivent parfois que les échecs alors que nous, orthophonistes, voyons l’amorce d’un mouvement labial ou lingual sur lequel nous pourrons nous appuyer lors d’une prochaine séance.

Je renvoie les utilisateurs du site vers mon mémoire de DU, où plusieurs chapitres abordent les notions de langues, langage, aphasie, mutisme, démutisation, bilinguisme et récupération des patients bilingues en phase aiguë et chronique. Démutisation de patients aphasiques bilingues et approche orthophonique transculturelle – Nicole Guinel

Pour les prises en charge au long cours, je renvoie vers le bilan Bilingual Aphasia Test (B.A.T) dont les références sont disponibles dans l’onglet Bibliographie

MOT CLÉS : Accident vasculaire cérébral (AVC), Aphasie, Aphasie de Broca,  Aphasie mixte, Aphasie non fluente, Aphasique, Apraxie, Audio, Bilan de langage, Bilingue, Bilinguisme, Démutisation, Multilingue, Multilinguisme, Mutisme, Neuro-linguistique,  Orthophoniste, Orthophonie, Rééducation, Son, Stéréotypie, Trouble de la compréhension, Troubles dysexécutifs, Unités de Soins Intensifs Neuro-Vasculaire (USINV).

Présentation : DUPUIS M_JOURNEE INNOVATION_DELEGATION_2020 INSHS